Avoir une alimentation variée et équilibrée

L’alimentation agit directement sur la santé. Le risque de développer de nombreuses maladies chroniques peut être réduit en optant pour un bon équilibre alimentaire.

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) explique que l’alimentation joue aussi un rôle fondamental dans le cadre de la croissance, de la fertilité, de l’immunité et du vieillissement en bonne santé.

L’alimentation se doit donc d’être variée, avec des quantités adaptées. Les fruits et les légumes doivent être privilégiés. Les protéines sont aussi essentielles et doivent être diversifiées avec la consommation de viande, de poissons, d’œufs et de produits laitiers. Enfin, certains aliments comme le sucre, le sel et les matières grasses doivent être consommés avec parcimonie.

Faire de l’exercice

sante exerciceL’activité physique est tout aussi importante que l’alimentation pour prévenir de nombreuses maladies.  L’activité physique favorise également la forme et le bien-être. Par ailleurs, elle joue un rôle déterminant dans le vieillissement en bonne santé permettant de renforcer et de maintenir le tonus, la souplesse et l’équilibre.

Dans l’idéal, selon le Programme National Nutrition Santé, il faudrait faire l’équivalent de 30 minutes de marche rapide chaque jour. Pour atteindre cet objectif, il est possible de marcher de manière soutenue, de s’activer chez soi et de pratiquer du sport à intensité faible, moyenne ou élevée. Privilégier les escaliers aux ascenseurs est aussi une bonne pratique. Tous les moyens sont bons pour se dépenser !

L’activité physique n’aura un effet positif sur la santé que si elle est régulière. Il est recommandé d’en pratiquer au moins 5 fois par semaine.

Limiter sa consommation d’alcool

L’alcool est un facteur prépondérant dans le développement de nombreuses maladies, entre autres les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

La recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé est « Moins, c’est mieux» ce qui veut dire qu’il faut tendre à réduire à la fois la fréquence de consommation et la quantité consommée. Au moins un jour par semaine doit être libre de toute consommation d’alcool. De plus, la consommation d’alcool ne devrait pas dépasser 3 verres par jour pour les hommes et 2 verres par jour pour les femmes.

Arrêter de fumer

Le tabac, même à petite dose, est très néfaste pour la santé. Il est aujourd’hui une des premières causes de mortalité évitable. Il est à l’origine de nombreux cancers, maladies respiratoires et cardio-vasculaires.

Arrêter de fumer doit être une priorité quels que soient l’âge, la quantité de cigarettes fumées chaque jour et le nombre d’années de tabagisme. Les bénéfices seront immédiats sachant que plus l’arrêt se fait tôt dans la vie, plus les bénéfices sont importants. Une étude de la revue « The Lancet » montre ainsi que l’arrêt du tabac avant l’âge de 40 ans évite de plus de 90% de la surmortalité et l’arrêt avant l’âge de 30 ans l’évite de plus de 97%.

Plusieurs types de stratégies peuvent être mises en œuvre pour gérer au mieux le sevrage tabagique.

Boire de l’eau

Le corps humain est constitué majoritairement d’eau. Elle représente environ 60% du poids du corps. L’eau irrigue les cellules et l’organisme.

Or, tout au long de la journée, de l’eau est perdue notamment à travers la respiration, la transpiration et l’urine.

Pour compenser, il est indispensable de boire de l’eau régulièrement et ainsi assurer une hydratation suffisante à son corps. Il est recommandé de boire entre 1,5 et 2,5 litres d’eau par jour.

Dormir

Le sommeil ne doit pas être négligé : c’est un des piliers d’une vie saine et en bonne santé. Le sommeil permet à notre corps de reprendre des forces. Il joue également un rôle important dans le développement cérébral et certaines fonctions métaboliques.

La durée idéale d’une nuit de sommeil serait d’environ 7 heures par nuit, même si chaque personne a des besoins différents.

Une privation de sommeil peut entrainer une baisse de la concentration et de la vigilance ainsi qu’un ralentissement de l’apprentissage. Elle favorise par ailleurs le surpoids.

Déconnecter

Les smartphones et autres objets connectés présentent des risques élevés de dépendance, se traduisant par une augmentation du stress et de la nervosité, l’apparition de troubles du sommeil et parfois même des symptômes dépressifs.

Il est estimé que les Français passent près de 2h par jour en moyenne sur leurs smartphones. Apprendre à déconnecter et à limiter son utilisation aide à avoir une vie plus saine.